mac online slots for fun https://www.euro-online.org https://www.euro-online.org/enog/inoc2007/Papers/mac-online-casinos.html

Séminaire « Savoirs situés et épistémologie régionale »

SÉMINAIRES DE RECHERCHE

Sexualités et genres

FOUCAULT POUR LA PSYCHANALYSE ?

Par Monique David-Ménard

Les jeudis 06.01, 13.01, 20.01, 27.01, 03.03, 10.03, 17.03 et 24.03 de 12h à 14h

Salle 238C de la Halle aux Farines

Avec la collaboration de Pénélope Deutscher : professeur de la Northwestern University de Chicago :

LA REPRODUCTION DES VIVANTS CHEZ FOUCAULT

Les jeudis 09.12 et 16.12 de 12h à 14h – salle RH02B – Bâtiment Buffon.

Organisé dans le cadre du Centre d’études du vivant ce séminaire s’adresse aussi aux étudiants du Master Recherche et de l’Ecole doctorale « Recherches en psychanalyse ».

formes ludiques de la destruction et utopie d’un nouveau genre

chez walter benjamin

Par Astrid Deuber-Mankowsky, professeur à l’Université de la Ruhr à Bochum (Allemagne),

Vendredis 08.10, 15.10 et 22.10 de 12h à 14h – Bâtiment Buffon – salle RH02A.

THEORIE PSYCHANALYTIQUE ET THEORIE FEMINISTE

Par Inara Luisa Marin

Jeudis 13.01, 10.02, 17.03 et 07.04 : salle 056A du bâtiment Condorcet.

COLLOQUES

SAVOIRS SITUES ET EPISTEMOLOGIE REGIONALE

Du 24 au 26 février 2011 à ICI (Institut for Cultural Inquiry) de Berlin (Allemagne) avec les interventions de 3 membres du Centre d’études du Vivant :

Jean-Claude Ameisen « Nouvelles représentations de la vie en Biologie » –

Ali Benmaklouf « les aventures du principe de contextualité : Frege et Wittgenstein » –

Monique David-Menard « La limitation des champs de savoir chez Kant, Canguilhem et Foucault ».

LE CERVEAU MAGICIEN

Journée d’étude commune aux membres du Centre d’Etudes du Vivant

Autour de l’ouvrage de Roland Jouvent « Le Cerveau magicien, de la réalité au plaisir psychique »

Editions Odile Jacob 2009.

Avec Monique David-Menard, Derek Humphreys, Roland Jouvent, Pascal Nouvel et François Roustang

Le jeudi 17 mars de 18h à 21h salle 027C de la Halle aux Farines.

Séminaire à l’Université Diego Portales de Santiago du Chili

Organisé par Rodrigo de la Fabian, Directeur de la Recherche de la Faculté de Psychologie

SEXUALITES ET GENRES : FOUCAULT POUR LA PSYCHANALYSE ?

Avec Judith Butler, Monique David-Menard et Michel Tort

Du 4 au 8 avril 2011.

SOUFFRANCE, JOUISSANCE, GUERISON

4° colloque de la Société Internationale de Psychanalyse et Philosophie (SIPP/ISPP)

Du lundi 5 au mercredi 7 décembre 2011

Amphi Buffon

Avec Kazuyuki Hara, Claire Nioche, Sylvie Le Poulichet, Marcus Coelen, Richard Simanke, Isabelle Letellier, Paul-Laurent Assoun, Vladimir Safatle, Antonio Teixera, Françoise Neau, Eric Marty, Amos Squever, Gilson Iannini, Céline Lefève, Patrick Autréaux, Monique David-Ménard, Beatriz Santos, Nelson Da Silva, Guilherme Massara, Bruni Guimaraes, Juan-Manuel Rodriguez, Rodrigo de la Fabian, Laurie Laufer, Patrick Guyomard

hospital "serif"; »>PROGRAMME 2010/2011

search "serif"; »>

ailment "serif"; »>SÉMINAIRES DE RECHERCHE

Sexualités et genres

FOUCAULT POUR LA PSYCHANALYSE ?

Par Monique David-Ménard

Les jeudis 06.01, 13.01, 20.01, 27.01, 03.03, 10.03, 17.03 et 24.03 de 12h à 14h

salle 238C de la Halle aux Farines

Avec la collaboration de Pénélope Deutscher : professeur de la Northwestern University de Chicago :

LA REPRODUCTION DES VIVANTS CHEZ FOUCAULT

Les jeudis 09.12 et 16.12 de 12h à 14h – salle RH02B – Bâtiment Buffon.

Organisé dans le cadre du Centre d’études du vivant ce séminaire s’adresse aussi aux étudiants du Master Recherche et de l’Ecole doctorale « Recherches en psychanalyse ».

formes ludiques de la destruction et utopie d’un nouveau genre

chez walter benjamin

Par Astrid Deuber-Mankowsky, professeur à l’Université de la Ruhr à Bochum (Allemagne),

Vendredis 08.10, 15.10 et 22.10 de 12h à 14h – Bâtiment Buffon – salle RH02A.

THEORIE PSYCHANALYTIQUE ET THEORIE FEMINISTE

Par Inara Luisa Marin

Jeudis 13 janvier, 10 février, 17 mars et 21 avril 2011 : salle 056A du bâtiment Condorcet.

LE VIVANT ET L’HUMAIN ENTRE SCIENCE ET POLITIQUE

BIOSECURITE ET RESPONSABILITE DES SCIENTIFIQUES ;

Séminaire Commun des membres du Centre d’études du vivant

Les mercredis (à préciser) de 18h à 20h – salle – Halle aux Farines

Organisé par Henri Korn et Monique Chemillier-Gendreau.

La controverse des sexes – 5e année

Geneviève Fraisse – En collaboration avec l’Ecole Doctorale de Paris (ED 279)

Annoncé ultérieurement.

La douleur a l’origine d’une représentation de soi et d’autrui 2E année

François Villa – Annoncé ultérieurement.

COLLOQUE

SAVOIRS SITUES ET EPISTEMOLOGIE REGIONALE

Du 24 au 26 février 2011 à ICI (Institut für Cultural Inquiry) de Berlin (Allemagne) avec les interventions de 3 membres du Centre d’études du Vivant :

Jean-Claude Ameisen « Nouvelles représentations de la vie en Biologie » –

Ali Benmaklouf « les aventures du principe de contextualité : Frege et Wittgenstein » –

Monique David-Menard « La limitation des champs de savoir chez Kant, Canguilhem et Foucault ».

LE CERVEAU MAGICIEN

Journée d’étude commune aux membres du Centre d’Etudes du Vivant

Autour de l’ouvrage de Roland Jouvent « le cerveau magicien, de la réalité au plaisir psychique »

chez Odile Jacob 2009.

Le jeudi 17 mars de 18h à 21h salle 681C du bâtiment C des Grands Moulins.


SÉMINAIRES DE RECHERCHE

Sexualités et genre – 5e année

DEUX CRITIQUES DE LA SEXUALITE, purchase   DEUX CONCEPTIONS DU DESIR ET DU PLAISIR :

la controverse entre gilles deleuze et michel foucault

 par Monique David-Ménard

Les jeudis 04.02, cialis 40mg 11.02, drugs 18.02, 08.04 et 15.04 de 12h à 14h  salle 238A – Bâtiment Condorcet

Organisé dans le cadre du Centre d’études du vivant ce séminaire s’adresse aussi aux étudiants du Master Recherche et de l’Ecole doctorale « Recherches en psychanalyse »

BIOLOGIE ET FEMINISME 

 Les sciences du vivant et la question du genre selon Donna Haraway

 par Astrid Deuber -Mankowsky, professeur à l’Université de la Ruhr à Bochum (Allemagne), professeur invitée de l’Université Paris Diderot:

Jeudis 11.03, 18.03 et 25.03 de 14h à 16h30 – Bâtiment Condorcet

Salle 483A les 11 et 18/03 et salle 355A les 25/03

SEXUALITE ET RECONNAISSANCE

En collaboration avec la Société internationale  psychanalyse/philosophie (SIPP)

Mercredis 20.01, 27.01, 03.02 de 14h à 16h – salle 2 – UFR SHC – 26 rue de Paradis – Paris 10°

et mercredi 10.02 de 15h30 à 17h30 – salle 5 – UFR SHC – 26 rue de Paradis – Paris 10°

Avec les interventions de Monique David-Menard, Patrick Guyomard, Philippe Van Haute

 et Vladimir Safatle

Nouvelles representations de la vie en biologie

et philosophie du vivant – 3e annee

 par Jean-Claude Ameisen et Laurent Cherlonneix

Jeudis 25.03, 08.04, 06.05, 20.05, 03.06 – 16h-18h – Salle 256A-  Bâtiment Condorcet

Avec les interventions de Michel Morange, Georges Chapouthier, Michaël Azagury, Pascal Nouvel et de Jean-Hugues Barthélémy

LE VIVANT ET L’HUMAIN ENTRE SCIENCE ET POLITIQUE

BIOSECURITE ET RESPONSABILITE DES SCIENTIFIQUES ;

Séminaire Commun des membres du Centre d’études du vivant

Les mercredis 05.05, 12.05, 19.05, 26.05, 02.06, 09.06 de 18h à 20h – salle 123C – Halle aux Farines

Organisé par Henri Korn et Monique Chemillier-Gendreau,

LE SOMATIQUE EST-IL SOLUBLE DANS L’INTERPRETATION ?

Samedis 19.09, 03.10, 10.10, 12.12 – salle 065 E – Halle aux Farines

Avec les interventions de Robert Asséo, Monique David-Ménard, Houchang Guilyardi,

Derek Humphreys, Eva Weil

La controverse des sexes – 5e année

Geneviève Fraisse – En collaboration avec l’Ecole Doctorale de Paris (ED 279)

 Suspendu en 2010 – reprise en 2011

La douleur a l’origine d’une representation de soi et d’autrui 2E annee

François Villa – Annoncé ultérieurement

 

COLLOQUE

COMMENT SE RENOUVELLENT LES RATIONALITES ?

Les 18 et 19 juin 2010 au Centre d’Etudes en Histoire des Idées (université de Nice-Sofia-Antipolis)

Organisé par Ali Benmakhlouf

 Faisant suite au colloque « Chaos et déterminations dans les sciences de la vie et les sciences humaines. Quelques exemples » à l’université Paris Diderot en octobre 2008 et

 au workshop  à l’International Center for Inquiry de Berlin en juin 2009 (Christoph Holzey)

 

Séminaire organisé par Pénélope Deutscher, professeure à Northwestern University (Evanston/Chicago) dans le cadre du séminaire Sexualités et genre dirigé par Monique David-Menard

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010 de 12h à 14h salle RH02B du bâtiment Buffon.

Le projet prend comme problème de départ le statut du couple malthusien dans l’Histoire de Sexualité, I : La Volonté de savoir . Présenté par Foucault comme une des quatre unités stratégiques du 18ième siècle par lesquelles les mécanismes de savoir et de pouvoir se sont centrés sur le sexe, le couple malthusien peut aussi être travaillé comme un nœud liant deux trajectoires foucauldiennes, la biopolitique (vecteur de la gouvernementalité et de l’intensification de la vie) et le sexe (vecteur de refus de l’hypothèse répressive). Cette lecture de l’Histoire de la Sexualité I à travers le prisme du couple malthusien ne devrait pas déformer le texte, mon hypothèse est que ce prisme a au contraire des résultats inattendus et féconds.

L’Histoire de la Sexualité I peut être lue selon plusieurs perspectives : a) dans son débat avec la psychanalyse, ou bien b) dans son débat avec ceux qui prennent le sujet sexuel comme point d’origine pour la revendication des droits, ou bien c) comme le texte clé pour la formation ultérieure des études de biopolitique, d) il peut entrer aussi dans un quatrième dialogue avec l’histoire de la reproduction et les enjeux biopolitiques de cette histoire. On revisitera également la question du rapport complexe entre le ‘sexe’ et la ‘vie’ dans le texte, et des points de croisement de ces vecteurs.

Je propose comme hypothèse ceci : bien que le sexe reproducteur, et la vie reproductrice aient l’un et l’autre peu d’importance explicite dans l’Histoire de la Sexualité I, c’est néanmoins le sexe reproducteur qui est le nœud, la notion-clef liant chez Foucault la vie au sens biopolitique et le sexe.

Je prends cela comme point de départ pour redonner un statut à la femme reproductrice (en tant qu’élément du couple malthusien) comme vecteur inattendu dans l’Histoire de la Sexualité I, dans la <<vie>> au sens biopolitique, plus précisément dans le nœud entre biopolitique et thanatopolitique. Ces thèmes ont été repris et transformés après Foucault – notamment, celui de la vie précaire chez Judith Butler, celui du seuil et de la zone d’instinction chez Agamben, et celui de la vie immune et auto-immune selon Roberto Esposito.

Points de repères :

Butler, J. Ce qui fait une vie : Essai sur la violence, la guerre et le deuil (2010)

Butler, J. Vie précaire : Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre (2005)

Esposito, R. Communauté, immunité, biopolitique (2010)

Esposito, R., Burgat, F., Löwy, I., et Rapp. R., Tumultes, N° 26 : La fabrication de l’humain : Tome 2, Techniques et politiques de la vie et de la mort.

Foucault, M. Histoire de la sexualité (1976)

Foucault, M. Il faut défendre la société (1997)

Séminaire organisé par Pénélope Deutscher, professeure à Northwestern University (Evanston/Chicago) dans le cadre du séminaire Sexualités et genre dirigé par Monique David-Menard

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010 de 12h à 14h salle RH02B du bâtiment Buffon.

Le projet prend comme problème de départ le statut du couple malthusien dans l’Histoire de Sexualité, I : La Volonté de savoir . Présenté par Foucault comme une des quatre unités stratégiques du 18ième siècle par lesquelles les mécanismes de savoir et de pouvoir se sont centrés sur le sexe, le couple malthusien peut aussi être travaillé comme un nœud liant deux trajectoires foucauldiennes, la biopolitique (vecteur de la gouvernementalité et de l’intensification de la vie) et le sexe (vecteur de refus de l’hypothèse répressive). Cette lecture de l’Histoire de la Sexualité I à travers le prisme du couple malthusien ne devrait pas déformer le texte, mon hypothèse est que ce prisme a au contraire des résultats inattendus et féconds.

L’Histoire de la Sexualité I peut être lue selon plusieurs perspectives : a) dans son débat avec la psychanalyse, ou bien b) dans son débat avec ceux qui prennent le sujet sexuel comme point d’origine pour la revendication des droits, ou bien c) comme le texte clé pour la formation ultérieure des études de biopolitique, d) il peut entrer aussi dans un quatrième dialogue avec l’histoire de la reproduction et les enjeux biopolitiques de cette histoire. On revisitera également la question du rapport complexe entre le ‘sexe’ et la ‘vie’ dans le texte, et des points de croisement de ces vecteurs.

Je propose comme hypothèse ceci : bien que le sexe reproducteur, et la vie reproductrice aient l’un et l’autre peu d’importance explicite dans l’Histoire de la Sexualité I, c’est néanmoins le sexe reproducteur qui est le nœud, la notion-clef liant chez Foucault la vie au sens biopolitique et le sexe.

Je prends cela comme point de départ pour redonner un statut à la femme reproductrice (en tant qu’élément du couple malthusien) comme vecteur inattendu dans l’Histoire de la Sexualité I, dans la <<vie>> au sens biopolitique, plus précisément dans le nœud entre biopolitique et thanatopolitique. Ces thèmes ont été repris et transformés après Foucault – notamment, celui de la vie précaire chez Judith Butler, celui du seuil et de la zone d’instinction chez Agamben, et celui de la vie immune et auto-immune selon Roberto Esposito.

Points de repères :

Butler, J. Ce qui fait une vie : Essai sur la violence, la guerre et le deuil (2010)

Butler, J. Vie précaire : Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre (2005)

Esposito, R. Communauté, immunité, biopolitique (2010)

Esposito, R., Burgat, F., Löwy, I., et Rapp. R., Tumultes, N° 26 : La fabrication de l’humain : Tome 2, Techniques et politiques de la vie et de la mort.

Foucault, M. Histoire de la sexualité (1976)

Foucault, M. Il faut défendre la société (1997)

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, viagra 13, purchase 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Pénélope Deutscher, professeure à Northwestern University (Evanston/Chicago) dans le cadre du séminaire Sexualités et genre dirigé par Monique David-Menard

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010 de 12h à 14h salle RH02B du bâtiment Buffon.

Le projet prend comme problème de départ le statut du couple malthusien dans l’Histoire de Sexualité, I : La Volonté de savoir . Présenté par Foucault comme une des quatre unités stratégiques du 18ième siècle par lesquelles les mécanismes de savoir et de pouvoir se sont centrés sur le sexe, le couple malthusien peut aussi être travaillé comme un nœud liant deux trajectoires foucauldiennes, la biopolitique (vecteur de la gouvernementalité et de l’intensification de la vie) et le sexe (vecteur de refus de l’hypothèse répressive). Cette lecture de l’Histoire de la Sexualité I à travers le prisme du couple malthusien ne devrait pas déformer le texte, mon hypothèse est que ce prisme a au contraire des résultats inattendus et féconds.

L’Histoire de la Sexualité I peut être lue selon plusieurs perspectives : a) dans son débat avec la psychanalyse, ou bien b) dans son débat avec ceux qui prennent le sujet sexuel comme point d’origine pour la revendication des droits, ou bien c) comme le texte clé pour la formation ultérieure des études de biopolitique, d) il peut entrer aussi dans un quatrième dialogue avec l’histoire de la reproduction et les enjeux biopolitiques de cette histoire. On revisitera également la question du rapport complexe entre le ‘sexe’ et la ‘vie’ dans le texte, et des points de croisement de ces vecteurs.

Je propose comme hypothèse ceci : bien que le sexe reproducteur, et la vie reproductrice aient l’un et l’autre peu d’importance explicite dans l’Histoire de la Sexualité I, c’est néanmoins le sexe reproducteur qui est le nœud, la notion-clef liant chez Foucault la vie au sens biopolitique et le sexe.

Je prends cela comme point de départ pour redonner un statut à la femme reproductrice (en tant qu’élément du couple malthusien) comme vecteur inattendu dans l’Histoire de la Sexualité I, dans la <<vie>> au sens biopolitique, plus précisément dans le nœud entre biopolitique et thanatopolitique. Ces thèmes ont été repris et transformés après Foucault – notamment, celui de la vie précaire chez Judith Butler, celui du seuil et de la zone d’instinction chez Agamben, et celui de la vie immune et auto-immune selon Roberto Esposito.

Points de repères :

Butler, J. Ce qui fait une vie : Essai sur la violence, la guerre et le deuil (2010)

Butler, J. Vie précaire : Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre (2005)

Esposito, R. Communauté, immunité, biopolitique (2010)

Esposito, R., Burgat, F., Löwy, I., et Rapp. R., Tumultes, N° 26 : La fabrication de l’humain : Tome 2, Techniques et politiques de la vie et de la mort.

Foucault, M. Histoire de la sexualité (1976)

Foucault, M. Il faut défendre la société (1997)

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, viagra 13, purchase 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, click 13, see 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Pénélope Deutscher, professeure à Northwestern University (Evanston/Chicago) dans le cadre du séminaire Sexualités et genre dirigé par Monique David-Menard

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010 de 12h à 14h salle RH02B du bâtiment Buffon.

Le projet prend comme problème de départ le statut du couple malthusien dans l’Histoire de Sexualité, I : La Volonté de savoir . Présenté par Foucault comme une des quatre unités stratégiques du 18ième siècle par lesquelles les mécanismes de savoir et de pouvoir se sont centrés sur le sexe, le couple malthusien peut aussi être travaillé comme un nœud liant deux trajectoires foucauldiennes, la biopolitique (vecteur de la gouvernementalité et de l’intensification de la vie) et le sexe (vecteur de refus de l’hypothèse répressive). Cette lecture de l’Histoire de la Sexualité I à travers le prisme du couple malthusien ne devrait pas déformer le texte, mon hypothèse est que ce prisme a au contraire des résultats inattendus et féconds.

L’Histoire de la Sexualité I peut être lue selon plusieurs perspectives : a) dans son débat avec la psychanalyse, ou bien b) dans son débat avec ceux qui prennent le sujet sexuel comme point d’origine pour la revendication des droits, ou bien c) comme le texte clé pour la formation ultérieure des études de biopolitique, d) il peut entrer aussi dans un quatrième dialogue avec l’histoire de la reproduction et les enjeux biopolitiques de cette histoire. On revisitera également la question du rapport complexe entre le ‘sexe’ et la ‘vie’ dans le texte, et des points de croisement de ces vecteurs.

Je propose comme hypothèse ceci : bien que le sexe reproducteur, et la vie reproductrice aient l’un et l’autre peu d’importance explicite dans l’Histoire de la Sexualité I, c’est néanmoins le sexe reproducteur qui est le nœud, la notion-clef liant chez Foucault la vie au sens biopolitique et le sexe.

Je prends cela comme point de départ pour redonner un statut à la femme reproductrice (en tant qu’élément du couple malthusien) comme vecteur inattendu dans l’Histoire de la Sexualité I, dans la <<vie>> au sens biopolitique, plus précisément dans le nœud entre biopolitique et thanatopolitique. Ces thèmes ont été repris et transformés après Foucault – notamment, celui de la vie précaire chez Judith Butler, celui du seuil et de la zone d’instinction chez Agamben, et celui de la vie immune et auto-immune selon Roberto Esposito.

Points de repères :

Butler, J. Ce qui fait une vie : Essai sur la violence, la guerre et le deuil (2010)

Butler, J. Vie précaire : Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre (2005)

Esposito, R. Communauté, immunité, biopolitique (2010)

Esposito, R., Burgat, F., Löwy, I., et Rapp. R., Tumultes, N° 26 : La fabrication de l’humain : Tome 2, Techniques et politiques de la vie et de la mort.

Foucault, M. Histoire de la sexualité (1976)

Foucault, M. Il faut défendre la société (1997)

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, viagra 13, purchase 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, click 13, see 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, 13,20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Pénélope Deutscher, professeure à Northwestern University (Evanston/Chicago) dans le cadre du séminaire Sexualités et genre dirigé par Monique David-Menard

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010 de 12h à 14h salle RH02B du bâtiment Buffon.

Le projet prend comme problème de départ le statut du couple malthusien dans l’Histoire de Sexualité, I : La Volonté de savoir . Présenté par Foucault comme une des quatre unités stratégiques du 18ième siècle par lesquelles les mécanismes de savoir et de pouvoir se sont centrés sur le sexe, le couple malthusien peut aussi être travaillé comme un nœud liant deux trajectoires foucauldiennes, la biopolitique (vecteur de la gouvernementalité et de l’intensification de la vie) et le sexe (vecteur de refus de l’hypothèse répressive). Cette lecture de l’Histoire de la Sexualité I à travers le prisme du couple malthusien ne devrait pas déformer le texte, mon hypothèse est que ce prisme a au contraire des résultats inattendus et féconds.

L’Histoire de la Sexualité I peut être lue selon plusieurs perspectives : a) dans son débat avec la psychanalyse, ou bien b) dans son débat avec ceux qui prennent le sujet sexuel comme point d’origine pour la revendication des droits, ou bien c) comme le texte clé pour la formation ultérieure des études de biopolitique, d) il peut entrer aussi dans un quatrième dialogue avec l’histoire de la reproduction et les enjeux biopolitiques de cette histoire. On revisitera également la question du rapport complexe entre le ‘sexe’ et la ‘vie’ dans le texte, et des points de croisement de ces vecteurs.

Je propose comme hypothèse ceci : bien que le sexe reproducteur, et la vie reproductrice aient l’un et l’autre peu d’importance explicite dans l’Histoire de la Sexualité I, c’est néanmoins le sexe reproducteur qui est le nœud, la notion-clef liant chez Foucault la vie au sens biopolitique et le sexe.

Je prends cela comme point de départ pour redonner un statut à la femme reproductrice (en tant qu’élément du couple malthusien) comme vecteur inattendu dans l’Histoire de la Sexualité I, dans la <<vie>> au sens biopolitique, plus précisément dans le nœud entre biopolitique et thanatopolitique. Ces thèmes ont été repris et transformés après Foucault – notamment, celui de la vie précaire chez Judith Butler, celui du seuil et de la zone d’instinction chez Agamben, et celui de la vie immune et auto-immune selon Roberto Esposito.

Points de repères :

Butler, J. Ce qui fait une vie : Essai sur la violence, la guerre et le deuil (2010)

Butler, J. Vie précaire : Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre (2005)

Esposito, R. Communauté, immunité, biopolitique (2010)

Esposito, R., Burgat, F., Löwy, I., et Rapp. R., Tumultes, N° 26 : La fabrication de l’humain : Tome 2, Techniques et politiques de la vie et de la mort.

Foucault, M. Histoire de la sexualité (1976)

Foucault, M. Il faut défendre la société (1997)

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, viagra 13, purchase 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, click 13, see 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, 13,20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Inara Luisa Marin en 4 séances

Jeudis 13 janvier, 10 février, 17 mars et 21 avril 2011 de 14h à 16h : salle 056A du bâtiment Condorcet – 4 rue Elsa Morante – Paris 13° – M° Bibliothèque F. Mitterand.

13 janvier : introduction à la problématique – Chodorow

Texte de base : Chodorow, Nancy J., The reproduction of mothering, Berkley, University of California Press, 1978 (reprint 1999).

10 février : Mitchell

Texte de base : Mitchell, Juliet, Psychanalyse et féminisme, T.1 et 2, Paris, Editions des Femmes, 1975.

17 mars : Kristeva

Texte de base : Kristeva, Julia, « Le temps des femmes », in Cahiers de recherche des sciences de textes et documents, n°34/44, 5, 1974, pp.5-19.

21 avril : Irigaray

Texte de base : Irigaray, Luce, Speculum, de l’autre femme, Paris, Editions de Minuit. Coll. « Critique », 1974.

Ce séminaire sera consacré à l’articulation entre libido et société telle qu’elle peut être pensée par la psychanalyse et le féminisme. Pour ce faire, nous aborderons tout d’abord l’approche de Nancy Chodorow, psychanalyste et anthropologue américaine, qui, avec son célèbre livre The Reproduction of mothering (1978), articule psychanalyse et féminisme par le biais de la théorie de la relation d’objet. Nous aborderons ensuite les approches théoriques de Juliet Mitchell, Julia Kristeva et Luce Irigaray, qui ont été, chacune à leur façon, marquées par le retour à Freud effectué par Lacan. Ce rapide panorama fera apparaître les avancées de chacune de ces approches; il en fera également ressortir les limites, voire les impasses. Il ouvrira enfin vers une lecture critique de l’articulation de la théorie psychanalytique et de la théorie féministe, qui ne fasse pas violence aux spécificités de l’une et de l’autre.

Séminaire organisé par Pénélope Deutscher, professeure à Northwestern University (Evanston/Chicago) dans le cadre du séminaire Sexualités et genre dirigé par Monique David-Menard

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010 de 12h à 14h salle RH02B du bâtiment Buffon.

Le projet prend comme problème de départ le statut du couple malthusien dans l’Histoire de Sexualité, I : La Volonté de savoir . Présenté par Foucault comme une des quatre unités stratégiques du 18ième siècle par lesquelles les mécanismes de savoir et de pouvoir se sont centrés sur le sexe, le couple malthusien peut aussi être travaillé comme un nœud liant deux trajectoires foucauldiennes, la biopolitique (vecteur de la gouvernementalité et de l’intensification de la vie) et le sexe (vecteur de refus de l’hypothèse répressive). Cette lecture de l’Histoire de la Sexualité I à travers le prisme du couple malthusien ne devrait pas déformer le texte, mon hypothèse est que ce prisme a au contraire des résultats inattendus et féconds.

L’Histoire de la Sexualité I peut être lue selon plusieurs perspectives : a) dans son débat avec la psychanalyse, ou bien b) dans son débat avec ceux qui prennent le sujet sexuel comme point d’origine pour la revendication des droits, ou bien c) comme le texte clé pour la formation ultérieure des études de biopolitique, d) il peut entrer aussi dans un quatrième dialogue avec l’histoire de la reproduction et les enjeux biopolitiques de cette histoire. On revisitera également la question du rapport complexe entre le ‘sexe’ et la ‘vie’ dans le texte, et des points de croisement de ces vecteurs.

Je propose comme hypothèse ceci : bien que le sexe reproducteur, et la vie reproductrice aient l’un et l’autre peu d’importance explicite dans l’Histoire de la Sexualité I, c’est néanmoins le sexe reproducteur qui est le nœud, la notion-clef liant chez Foucault la vie au sens biopolitique et le sexe.

Je prends cela comme point de départ pour redonner un statut à la femme reproductrice (en tant qu’élément du couple malthusien) comme vecteur inattendu dans l’Histoire de la Sexualité I, dans la <<vie>> au sens biopolitique, plus précisément dans le nœud entre biopolitique et thanatopolitique. Ces thèmes ont été repris et transformés après Foucault – notamment, celui de la vie précaire chez Judith Butler, celui du seuil et de la zone d’instinction chez Agamben, et celui de la vie immune et auto-immune selon Roberto Esposito.

Points de repères :

Butler, J. Ce qui fait une vie : Essai sur la violence, la guerre et le deuil (2010)

Butler, J. Vie précaire : Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre (2005)

Esposito, R. Communauté, immunité, biopolitique (2010)

Esposito, R., Burgat, F., Löwy, I., et Rapp. R., Tumultes, N° 26 : La fabrication de l’humain : Tome 2, Techniques et politiques de la vie et de la mort.

Foucault, M. Histoire de la sexualité (1976)

Foucault, M. Il faut défendre la société (1997)

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, viagra 13, purchase 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, click 13, see 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, 13,20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Inara Luisa Marin en 4 séances

Jeudis 13 janvier, 10 février, 17 mars et 21 avril 2011 de 14h à 16h : salle 056A du bâtiment Condorcet – 4 rue Elsa Morante – Paris 13° – M° Bibliothèque F. Mitterand.

13 janvier : introduction à la problématique – Chodorow

Texte de base : Chodorow, Nancy J., The reproduction of mothering, Berkley, University of California Press, 1978 (reprint 1999).

10 février : Mitchell

Texte de base : Mitchell, Juliet, Psychanalyse et féminisme, T.1 et 2, Paris, Editions des Femmes, 1975.

17 mars : Kristeva

Texte de base : Kristeva, Julia, « Le temps des femmes », in Cahiers de recherche des sciences de textes et documents, n°34/44, 5, 1974, pp.5-19.

21 avril : Irigaray

Texte de base : Irigaray, Luce, Speculum, de l’autre femme, Paris, Editions de Minuit. Coll. « Critique », 1974.

Ce séminaire sera consacré à l’articulation entre libido et société telle qu’elle peut être pensée par la psychanalyse et le féminisme. Pour ce faire, nous aborderons tout d’abord l’approche de Nancy Chodorow, psychanalyste et anthropologue américaine, qui, avec son célèbre livre The Reproduction of mothering (1978), articule psychanalyse et féminisme par le biais de la théorie de la relation d’objet. Nous aborderons ensuite les approches théoriques de Juliet Mitchell, Julia Kristeva et Luce Irigaray, qui ont été, chacune à leur façon, marquées par le retour à Freud effectué par Lacan. Ce rapide panorama fera apparaître les avancées de chacune de ces approches; il en fera également ressortir les limites, voire les impasses. Il ouvrira enfin vers une lecture critique de l’articulation de la théorie psychanalytique et de la théorie féministe, qui ne fasse pas violence aux spécificités de l’une et de l’autre.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».
Les jeudis 06, cialis  13,20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines - Esplanade Pierre Vidal-Naquet - Paris 13°.
Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ».  Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote,  mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre  sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.
Le séminaire portera sur :
1.  l’approche des « énoncés »,  le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »
2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler
3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° - Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Pénélope Deutscher, professeure à Northwestern University (Evanston/Chicago) dans le cadre du séminaire Sexualités et genre dirigé par Monique David-Menard

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010 de 12h à 14h salle RH02B du bâtiment Buffon.

Le projet prend comme problème de départ le statut du couple malthusien dans l’Histoire de Sexualité, I : La Volonté de savoir . Présenté par Foucault comme une des quatre unités stratégiques du 18ième siècle par lesquelles les mécanismes de savoir et de pouvoir se sont centrés sur le sexe, le couple malthusien peut aussi être travaillé comme un nœud liant deux trajectoires foucauldiennes, la biopolitique (vecteur de la gouvernementalité et de l’intensification de la vie) et le sexe (vecteur de refus de l’hypothèse répressive). Cette lecture de l’Histoire de la Sexualité I à travers le prisme du couple malthusien ne devrait pas déformer le texte, mon hypothèse est que ce prisme a au contraire des résultats inattendus et féconds.

L’Histoire de la Sexualité I peut être lue selon plusieurs perspectives : a) dans son débat avec la psychanalyse, ou bien b) dans son débat avec ceux qui prennent le sujet sexuel comme point d’origine pour la revendication des droits, ou bien c) comme le texte clé pour la formation ultérieure des études de biopolitique, d) il peut entrer aussi dans un quatrième dialogue avec l’histoire de la reproduction et les enjeux biopolitiques de cette histoire. On revisitera également la question du rapport complexe entre le ‘sexe’ et la ‘vie’ dans le texte, et des points de croisement de ces vecteurs.

Je propose comme hypothèse ceci : bien que le sexe reproducteur, et la vie reproductrice aient l’un et l’autre peu d’importance explicite dans l’Histoire de la Sexualité I, c’est néanmoins le sexe reproducteur qui est le nœud, la notion-clef liant chez Foucault la vie au sens biopolitique et le sexe.

Je prends cela comme point de départ pour redonner un statut à la femme reproductrice (en tant qu’élément du couple malthusien) comme vecteur inattendu dans l’Histoire de la Sexualité I, dans la <<vie>> au sens biopolitique, plus précisément dans le nœud entre biopolitique et thanatopolitique. Ces thèmes ont été repris et transformés après Foucault – notamment, celui de la vie précaire chez Judith Butler, celui du seuil et de la zone d’instinction chez Agamben, et celui de la vie immune et auto-immune selon Roberto Esposito.

Points de repères :

Butler, J. Ce qui fait une vie : Essai sur la violence, la guerre et le deuil (2010)

Butler, J. Vie précaire : Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre (2005)

Esposito, R. Communauté, immunité, biopolitique (2010)

Esposito, R., Burgat, F., Löwy, I., et Rapp. R., Tumultes, N° 26 : La fabrication de l’humain : Tome 2, Techniques et politiques de la vie et de la mort.

Foucault, M. Histoire de la sexualité (1976)

Foucault, M. Il faut défendre la société (1997)

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, viagra 13, purchase 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, click 13, see 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, 13,20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Inara Luisa Marin en 4 séances

Jeudis 13 janvier, 10 février, 17 mars et 21 avril 2011 de 14h à 16h : salle 056A du bâtiment Condorcet – 4 rue Elsa Morante – Paris 13° – M° Bibliothèque F. Mitterand.

13 janvier : introduction à la problématique – Chodorow

Texte de base : Chodorow, Nancy J., The reproduction of mothering, Berkley, University of California Press, 1978 (reprint 1999).

10 février : Mitchell

Texte de base : Mitchell, Juliet, Psychanalyse et féminisme, T.1 et 2, Paris, Editions des Femmes, 1975.

17 mars : Kristeva

Texte de base : Kristeva, Julia, « Le temps des femmes », in Cahiers de recherche des sciences de textes et documents, n°34/44, 5, 1974, pp.5-19.

21 avril : Irigaray

Texte de base : Irigaray, Luce, Speculum, de l’autre femme, Paris, Editions de Minuit. Coll. « Critique », 1974.

Ce séminaire sera consacré à l’articulation entre libido et société telle qu’elle peut être pensée par la psychanalyse et le féminisme. Pour ce faire, nous aborderons tout d’abord l’approche de Nancy Chodorow, psychanalyste et anthropologue américaine, qui, avec son célèbre livre The Reproduction of mothering (1978), articule psychanalyse et féminisme par le biais de la théorie de la relation d’objet. Nous aborderons ensuite les approches théoriques de Juliet Mitchell, Julia Kristeva et Luce Irigaray, qui ont été, chacune à leur façon, marquées par le retour à Freud effectué par Lacan. Ce rapide panorama fera apparaître les avancées de chacune de ces approches; il en fera également ressortir les limites, voire les impasses. Il ouvrira enfin vers une lecture critique de l’articulation de la théorie psychanalytique et de la théorie féministe, qui ne fasse pas violence aux spécificités de l’une et de l’autre.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».
Les jeudis 06, cialis  13,20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines - Esplanade Pierre Vidal-Naquet - Paris 13°.
Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ».  Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote,  mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre  sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.
Le séminaire portera sur :
1.  l’approche des « énoncés »,  le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »
2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler
3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° - Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Pénélope Deutscher, professeure à Northwestern University (Evanston/Chicago) dans le cadre du séminaire Sexualités et genre dirigé par Monique David-Menard

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010 de 12h à 14h salle RH02B du bâtiment Buffon.

Le projet prend comme problème de départ le statut du couple malthusien dans l’Histoire de Sexualité, I : La Volonté de savoir . Présenté par Foucault comme une des quatre unités stratégiques du 18ième siècle par lesquelles les mécanismes de savoir et de pouvoir se sont centrés sur le sexe, le couple malthusien peut aussi être travaillé comme un nœud liant deux trajectoires foucauldiennes, la biopolitique (vecteur de la gouvernementalité et de l’intensification de la vie) et le sexe (vecteur de refus de l’hypothèse répressive). Cette lecture de l’Histoire de la Sexualité I à travers le prisme du couple malthusien ne devrait pas déformer le texte, mon hypothèse est que ce prisme a au contraire des résultats inattendus et féconds.

L’Histoire de la Sexualité I peut être lue selon plusieurs perspectives : a) dans son débat avec la psychanalyse, ou bien b) dans son débat avec ceux qui prennent le sujet sexuel comme point d’origine pour la revendication des droits, ou bien c) comme le texte clé pour la formation ultérieure des études de biopolitique, d) il peut entrer aussi dans un quatrième dialogue avec l’histoire de la reproduction et les enjeux biopolitiques de cette histoire. On revisitera également la question du rapport complexe entre le ‘sexe’ et la ‘vie’ dans le texte, et des points de croisement de ces vecteurs.

Je propose comme hypothèse ceci : bien que le sexe reproducteur, et la vie reproductrice aient l’un et l’autre peu d’importance explicite dans l’Histoire de la Sexualité I, c’est néanmoins le sexe reproducteur qui est le nœud, la notion-clef liant chez Foucault la vie au sens biopolitique et le sexe.

Je prends cela comme point de départ pour redonner un statut à la femme reproductrice (en tant qu’élément du couple malthusien) comme vecteur inattendu dans l’Histoire de la Sexualité I, dans la <<vie>> au sens biopolitique, plus précisément dans le nœud entre biopolitique et thanatopolitique. Ces thèmes ont été repris et transformés après Foucault – notamment, celui de la vie précaire chez Judith Butler, celui du seuil et de la zone d’instinction chez Agamben, et celui de la vie immune et auto-immune selon Roberto Esposito.

Points de repères :

Butler, J. Ce qui fait une vie : Essai sur la violence, la guerre et le deuil (2010)

Butler, J. Vie précaire : Les pouvoirs du deuil et de la violence après le 11 septembre (2005)

Esposito, R. Communauté, immunité, biopolitique (2010)

Esposito, R., Burgat, F., Löwy, I., et Rapp. R., Tumultes, N° 26 : La fabrication de l’humain : Tome 2, Techniques et politiques de la vie et de la mort.

Foucault, M. Histoire de la sexualité (1976)

Foucault, M. Il faut défendre la société (1997)

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, viagra 13, purchase 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, click 13, see 20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».

Les jeudis 06, 13,20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines – Esplanade Pierre Vidal-Naquet – Paris 13°.

Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ». Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote, mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.

Le séminaire portera sur :

1. l’approche des « énoncés », le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »

2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler

3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° – Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Inara Luisa Marin en 4 séances

Jeudis 13 janvier, 10 février, 17 mars et 21 avril 2011 de 14h à 16h : salle 056A du bâtiment Condorcet – 4 rue Elsa Morante – Paris 13° – M° Bibliothèque F. Mitterand.

13 janvier : introduction à la problématique – Chodorow

Texte de base : Chodorow, Nancy J., The reproduction of mothering, Berkley, University of California Press, 1978 (reprint 1999).

10 février : Mitchell

Texte de base : Mitchell, Juliet, Psychanalyse et féminisme, T.1 et 2, Paris, Editions des Femmes, 1975.

17 mars : Kristeva

Texte de base : Kristeva, Julia, « Le temps des femmes », in Cahiers de recherche des sciences de textes et documents, n°34/44, 5, 1974, pp.5-19.

21 avril : Irigaray

Texte de base : Irigaray, Luce, Speculum, de l’autre femme, Paris, Editions de Minuit. Coll. « Critique », 1974.

Ce séminaire sera consacré à l’articulation entre libido et société telle qu’elle peut être pensée par la psychanalyse et le féminisme. Pour ce faire, nous aborderons tout d’abord l’approche de Nancy Chodorow, psychanalyste et anthropologue américaine, qui, avec son célèbre livre The Reproduction of mothering (1978), articule psychanalyse et féminisme par le biais de la théorie de la relation d’objet. Nous aborderons ensuite les approches théoriques de Juliet Mitchell, Julia Kristeva et Luce Irigaray, qui ont été, chacune à leur façon, marquées par le retour à Freud effectué par Lacan. Ce rapide panorama fera apparaître les avancées de chacune de ces approches; il en fera également ressortir les limites, voire les impasses. Il ouvrira enfin vers une lecture critique de l’articulation de la théorie psychanalytique et de la théorie féministe, qui ne fasse pas violence aux spécificités de l’une et de l’autre.

Séminaire organisé par Monique David-Menard dans le cadre de « SEXUALITES ET GENRE ».
Les jeudis 06, cialis  13,20, et 27 janvier 2011 et les 03, 10, 17 et 24 mars 2011 de 12h à 14h salle 238C de la Halle aux Farines - Esplanade Pierre Vidal-Naquet - Paris 13°.
Foucault est certainement le philosophe qui, dans la pensée contemporaine, a le mieux pensé qu’une pratique, c’est de la pensée, et c’est à ce titre qu’il intéresse la psychanalyse, qui est une pratique. Elle transpose, en effet, la vie sexuelle dans les conditions de la cure, ce que dit en allemand le terme Übertragung, trop souvent traduit par « transfert ».  Foucault montre qu’une pratique, c’est de la pensée, non pas en articulant dans une philosophie de la causalité théorie, technique, pratique et poésie, comme l’a fait Aristote,  mais en décrivant des « positivités » qui ne requièrent plus qu’on fasse de la distinction entre théorie et pratique un concept organisateur. C’est pourquoi L’Archéologie du savoir (1970) qui prend acte de cet éloignement (mis en œuvre  sur quelques exemples dans ses ouvrages antérieurs) est un très grand livre.
Le séminaire portera sur :
1.  l’approche des « énoncés »,  le concept de « discours » chez Foucault confronté à celui qu’élabore Lacan dans les mêmes années, et sur les « a priori historiques » à différencier des « a priori formels »
2. Opération, norme et critique chez Foucault et chez Judith Butler
3. Formes de subjectivation et critique du sujet chez Foucault et Deleuze

Les jeudis 9 et 16 décembre 2010, le séminaire accueillera deux conférences de Pénélope Deutscher, professeur de philosophie à Northwestern University, (Evanston/Chicago) sur «  La reproduction des vivants chez Foucault » en salle RH02B du Bâtiment Buffon – 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Halle – Paris 13° - Métro F. Mitterand.

Séminaire organisé par Inara Luisa Marin en 4 séances

Jeudis 13 janvier, health 10 février, click 17 mars et 21 avril 2011 de 14h à 16h : salle 056A du bâtiment Condorcet – 4 rue Elsa Morante – Paris 13° – M° Bibliothèque F. Mitterand.

13 janvier : introduction à la problématique – Chodorow

Texte de base : Chodorow, Nancy J., The reproduction of mothering, Berkley, University of California Press, 1978 (reprint 1999).

10 février : Mitchell

Texte de base : Mitchell, Juliet, Psychanalyse et féminisme, T.1 et 2, Paris, Editions des Femmes, 1975.

17 mars : Kristeva

Texte de base : Kristeva, Julia, « Le temps des femmes », in Cahiers de recherche des sciences de textes et documents, n°34/44, 5, 1974, pp.5-19.

21 avril : Irigaray

Texte de base : Irigaray, Luce, Speculum, de l’autre femme, Paris, Editions de Minuit. Coll. « Critique », 1974.

Ce séminaire sera consacré à l’articulation entre libido et société telle qu’elle peut être pensée par la psychanalyse et le féminisme. Pour ce faire, nous aborderons tout d’abord l’approche de Nancy Chodorow, psychanalyste et anthropologue américaine, qui, avec son célèbre livre The Reproduction of mothering (1978), articule psychanalyse et féminisme par le biais de la théorie de la relation d’objet. Nous aborderons ensuite les approches théoriques de Juliet Mitchell, Julia Kristeva et Luce Irigaray, qui ont été, chacune à leur façon, marquées par le retour à Freud effectué par Lacan. Ce rapide panorama fera apparaître les avancées de chacune de ces approches; il en fera également ressortir les limites, voire les impasses. Il ouvrira enfin vers une lecture critique de l’articulation de la théorie psychanalytique et de la théorie féministe, qui ne fasse pas violence aux spécificités de l’une et de l’autre.